1 jour 1 bijou : Le diamant bleu Hope

1 jour 1 bijou : Le diamant bleu Hope

Connais tu l’histoire mystérieuse du diamant maudit, le Hope ?

 

1 jour 1 bijou, je t’apprends une histoire sur le monde de la joaillerie

 

Le diamant hope est le plus gros diamant bleu du monde er il est aussi appelé « Diamant de l’espoir » ou « Diamant du roi ».

Il a la réputation d’être maudit. Mais quelle est son histoire ?

C’est en 1663 que le français Jean-Baptiste Tavernier, négociant en pierres précieuses, fit l’acquisition du célèbre diamant dans le sud de l’inde. On raconte qu’il avait été dérobé sur une statue de la déesse Sitâ et que sa malédiction provient de ce crime. Il l’aurait en réalité acheté dans un immense marché aux diamants. Il apporta le joyau à Louis 14 puis le diamant fut retaillé. C’est le début d’une série de voyages et de transformations pour la pierre.

Il passa entre les mains des héritiers de la Couronne, et fut l’un des éléments de la célèbre Toison de Louis XV.  Puis Louis XVI en hérita, il est même dit qu’il appartint un temps à Marie-Antoinette. Jusqu’à la Révolution Française, il resta dans la famille royale puis confisqué, on le plaça dans le garde-meubles national.

C’est lors d’un pillage en 1792 que le diamant bleu fut dérobé. On n’en entendit plus parler mais l’on retrouva sa trace en Angleterre, vingt ans après son vol. Taillé en forme ovale, il revint à Thomas Hope, duquel il tire son nom. Il entra ensuite en possession de son frère, Henri Philip Hope, collectionneur de pierres précieuses.

Après sa mort, il fut hérité sur plusieurs générations par ses proches descendants, jusqu’à ce qu’il soit revendu puis acheté par un courtier américain et débuta son voyage aux États-Unis d’Amérique.

C’est à cette époque que l’on lui conféra sa réputation de diamant maudit puisqu’il apporterait dettes et morts tragiques à tous ses porteurs.

Le diamant continua à être revendu, revenant un temps en France quand il fut acquis par la maison Cartier qui en agrémenta une parure. Une acheteuse américaine, séduite par le diamant, s’endetta et à sa mort, il fut vendu au bijoutier des stars d’Hollywood, Harry Winston. Celui-ci décida d’en faire don au Musée d’Histoire naturelle de Washington en 1958, où le diamant trouva se dernière résidence en date. le diamant jouit désormais d’une grande notoriété, et est l’objet d’art le plus vu au monde après la Joconde de Léonard de Vinci.

 

Alors cette malédiction mythe ou réalité selon toi ?

Leave a comment

Please note, comments need to be approved before they are published.